SMART BUILDINGS : L’INTELLIGENCE AU SERVICE DE L’HUMAIN

SMART BUILDINGS : L’INTELLIGENCE AU SERVICE DE L’HUMAIN

Concept résidentiel ©Enzo Amantea

Au-delà d’une architecture renouvelée et d’une intégration accrue du numérique, les smart buildings impliquent de repenser de façon radicale la notion d’usage et de raisonner en termes de système pour gagner en performance. Quels changements induisent-ils pour leurs utilisateurs ? Comment seront-ils financés ? Suite de notre enquête sur ces nouveaux ouvrages « intelligents ».

Des bâtiments au service de leurs habitants

The Gate Heliopolis ©Vincent Callebaut Architectures

The Gate Heliopolis ©Vincent Callebaut Architectures

Des projets immobiliers ambitieux, il en existe déjà à l’image de « The Gate Residence » au Caire, développé par Vincent Callebaut, où l’architecture intègre dès la conception des énergies renouvelables de pointe pour proposer des modes de vie écoresponsables. L’innovation sur les plans constructif et énergétique ne doit pour autant pas faire oublier la dimension sociale des bâtiments dont la finalité est d’être au service des citoyens.

Philippe Van de Maele, directeur Innovation et Développement durable chez Bouygues Construction, rappelle que « l’acceptabilité et l’appropriation par les habitants est essentielle ». Les smart buildings devront être adaptés aux attentes des futurs utilisateurs pour être correctement utilisés. Le Groupe a, sur ce point, mené des ateliers de sociologie à Grenoble pour évaluer les besoins et les espaces qui pouvaient être mutualisés entre les habitants (jardins, parking, buanderie, chambre d’amis…). Des seuils de tolérance qui varient suivant l’implantation, d’où la nécessité de s’adapter aux demandes locales.

 

Eco-quartier Eikenott, Suisse

Eco-quartier Eikenott, Suisse

 

 

Dans cette recherche d’une plus grande sobriété énergétique, la notion de partage est fondamentale et implique de repenser les interactions entre les bâtiments au sein du quartier pour aboutir à un fonctionnement plus collaboratif. Notre démarche LinkCity® pour la création d’éco-quartiers durables et connectés en est la traduction : le smart building ne se pense pas seul, mais dans et avec son écosystème.*

 

 

Une démarche commune de tous les acteurs

Concevoir aujourd’hui les bâtiments de demain amène nécessairement à s’interroger sur la logique économique qui permettra de les financer. Difficile de passer de l’idée à la réalisation quand l’intégration des énergies renouvelables et des nouvelles technologies augmente de 25 à 30 % le coût de construction. Sur ce point, tous les acteurs sont unanimes : les projets seront finançables uniquement s’ils prennent en compte l’ensemble du cycle de vie des ouvrages. La démarche de coût global se développe : les bailleurs sociaux sont de plus en plus sensibles aux charges de leurs locataires et à la diminution de l’empreinte carbone. Vincent Callebaut propose notamment un business model axé sur le long terme où l’investisseur resterait lié à l’ouvrage pendant l’exploitation.

Bâtiment Concept résidentiel ©Enzo Amantea

Bâtiment Concept résidentiel ©Enzo Amantea

Cette vision implique d’intégrer tous les partenaires le plus en amont possible et de co-construire les projets avec les utilisateurs et les territoires. Les collectivités ne sont pas en reste dans cette démarche. Avec le lancement de son appel à projets « Réinventer Paris », la municipalité a identifié 23 sites et invité les professionnels à présenter des idées originales pour les réhabiliter. Une initiative ambitieuse – plus de 850 candidatures reçues – assortie de groupes de travail pour faire de Paris une « Ville intelligente et durable ».

Alors, prêts à tenter l’expérience du smart ?

 

Retrouvez cet article sur le blog Bouygues Construction.